Lord Ganesha – Destructeur d’obstacles

21 septembre 2023
par Joanne Ashtamkar

La vie mettra des pierres sur ta route, à toi de décider si tu en feras un mur ou un pont.

Coluche

Ganesh… Je l’aime pour son ventre rond et rassurant. Je l’aime pour sa tête d’éléphant. Je l’aime parce qu’il symbolise le voyage de l’égo à l’illumination, parce qu’il invite aux nouveaux départs, aux changements, à la sagesse, à la positivité et au déploiement de notre force créatrice. Je l’aime, assis sur son trône de lotus, emblème de pureté et de renaissance. Je l’aime pour ses légendes, pour les histoires qu’on nous raconte, pour sa présence bienveillante dans chaque pièce et boudoir que j’occupe du matin au soir. Je l’aime parce qu’il me suffit de le regarder pour me sentir connectée à cette Inde puissante, pour ressentir ses vibrations, pour me rappeler ces années composées exclusivement d’instants « extraordinaires » qui avaient alors remplacé mon quotidien. Je l’aime, sans raison particulière, sans qu’il soit question de religion. Je l’aime, tout simplement.

Jour de l’immersion de Ganesh –Ganesh Chaturthi, Mumbai 2013
Cortège de fidèles dans les rues de Mumbai – 2013

Je vous dépose ici un extrait de mon ouvrage Sanjaya – Pour un Chai à Mumbai, dans lequel je partage l’un des moments les plus forts de ma vie. Il relate une expérience vécue lors de l’importante fête indienne annuelle dédiée à Lord Ganesha, qui se déroule cette année du 19 au 28 septembre.

…  » En septembre, nous n’échappions pas non plus à Ganesh Chaturthi : des festivités dédiées au Dieu éléphant, Lord Ganesha. Elles durent une dizaine de jours. Nous aimions assister, des semaines en amont, à la naissance de milliers de statues en plâtres de ce dieu éléphant – pouvant mesurer plusieurs mètres de haut – que des artisans réalisaient sous de grandes bâches bleues montées sur des bambous. Le dernier jour de célébration, les statues sont emmenées vers un point d’eau pour être immergées. À cette étape de la fête, il est impossible de se déplacer dans la ville. Des cortèges de milliers de personnes, suivis de chars transportant de gigantesques Ganesh, escortés par des centaines de policiers et militaires, dévalent les rues dans une ambiance d’ivresse générale. Notre quartier était particulièrement touché par l’événement, situé au carrefour des différentes trajectoires qui mènent au bord de mer et que de nombreux pèlerins empruntent pour l’immersion. Mes voisins revendiquaient la prudence et admiraient le défilé depuis leur balcon, à l’écart de la foule. Toujours à contre-courant, j’aimais aller ressentir les vibrations des tambours et assister de près à ce rassemblement qui était de loin le plus intense et le plus spectaculaire qu’il m’ait été donné de voir. Mes copines me traitaient d’inconsciente ! Même celles qui habitaient depuis toujours la métropole n’avaient jamais osé se mêler de si près à cette masse humaine. Il est vrai qu’il se dégageait de cet amas de gens une énergie impressionnante. J’irais même jusqu’à penser que la dernière fois que j’ai assisté à cette mobilisation religieuse, je vivais le moment le plus fascinant de mon temps passé en Inde. Jamais auparavant je n’avais ressenti quelque chose d’aussi particulier. Je m’étais retrouvée noyée dans une vague de fidèles venus de loin, de laquelle émanaient des émotions et une euphorie palpables. Je n’avais pu me soustraire une minute aux milliers de regards qui se posaient sur moi de manière presque épidémique. Comme si je m’étais transformée un instant en une source magnétique. Comme s’ils pouvaient ressentir ma présence parmi eux. J’avais pris part à un duel inéquitable de captures de photos : j’étais fascinée par tout ce qui vibrait autour de moi et par l’expression des visages de tous ces gens réunis. J’ai rapidement vidé ma batterie de téléphone pendant qu’ils étaient des centaines à me voler un portrait. J’avais l’impression d’être à la fois spectatrice et protagoniste d’une pièce de théâtre à ciel ouvert.

Durant des instants comme ceux-ci, je me sentais si différente de tous ceux qui m’entouraient. Je savais que jamais je ne deviendrais l’une des leurs. Ce n’était pas mon but, évidemment, mais il m’arrivait parfois, l’espace d’un court instant, de me sentir leur semblable. Mais involontairement, et sans mauvaise intention, ils étaient des milliers à me rappeler que je venais d’ailleurs… Cette réalité ne m’empêchait pas de me sentir appartenir à cette ville, avec un profond et agréable sentiment d’y être chez moi, ni plus ni moins que l’étaient tous ces frères et sœurs indiens. C’était très étrange, un brin déroutant, mais je crois que j’aimais cette ambiguïté… « 

Balade insolite chez les artisans de notre quartier – Mumbai 2013
Customisation d’une statue de Ganesh par Sanjay & Jaya – 2013

Découvrez plus d’images et d’autres aventures sur mon blog  » From India With Love « 

 » La vie mettra des pierres sur ta route, à toi de décider si tu en feras un mur ou un pont. »

Qu’ils soient en pierre, en béton, en or, en fer, en carton, ou de simples illusions, transformons chaque obstacle en opportunité de transcender nos limites et nos peur, d’embrasser l’illimité, de s’ouvrir à la nouveauté.

Namaste.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d’inspiration

3 mots pour changer le Monde

3 mots pour changer le Monde

Si vous voulez changer le monde, rentrez chez vous et aimez votre famille. Mère Teresa Serait-ce si simple de changer le monde? Serait-ce si simple de faire changer les choses en se préoccupant seulement de "balayer devant sa porte", d'être présent pour ceux qui en...

Color your life

Color your life

N'ayez pas peur de colorer votre vie. Mieux vaut dépasser les lignes en coloriant que de vivre en noir et blanc. Julie Schneider 8 mars 2023; Journée internationale des droits de la femme couplée à Holi, la fête des couleurs en Inde. Happy Holi à toutes et à tous...

De l’amour un petit peu chaque jour

De l’amour un petit peu chaque jour

Il n'y a rien de plus précieux en ce monde que le sentiment d'exister pour quelqu'un. Victor Hugo J'ai lu dernièrement que TOUT ce que nous entreprenons dans la vie est soit motivé par l'amour, soit par la peur. Ces deux grands piliers gouverneraient l'ensemble de nos...

Pin It on Pinterest

Share This
0
    0
    Vos Achats
    Votre PanierRetour Boutique